Né en 1983 à Gabès (Tunisie). Vit et travaille à Tunis.

Malek Ganoui a étudié à l’Ecole d’Art et de Décoration de Tunis, puis au Centre National de la Céramique d’Art (Sidi Kacem Jellizi, Tunis).

Sa pratique multidisciplinaire croise le domaine de la céramique avec des mediums d’expressions divers. Après des résidences artistiques en Tunisie (Centre d’Arts Vivants de Rades) et en France (Cité des Arts de Paris), il émerge -ainsi que d’autres artistes de sa génération- à travers le groupe « Politiques ». Créé en réaction aux conditions précaires de production et d’encadrement dédiées aux jeunes artistes tunisiens, « Politiques » est à l’initiative d’expositions éponymes, montées et abritées au Centre d’Art Vivant de Tunis (présentées par la suite à la galerie parisienne Talmart).

Par le biais de la sculpture, la vidéo et l’installation, l’artiste explore la notion du « spirituel » en interrogeant l’imagerie populaire et les traditions. En 2015, il s’intéresse ainsi à la figure du mouton et réalise une série d’œuvres et de performances autour de l’animal. A partir de 2017, il démarre des recherches sur le milieu carcéral, en travaillant sur les récits de la prison du 9 avril à Tunis. Ses recherches sur la mémoire des prisonniers l’amènent à travailler avec des ex-détenus.

Malek Gnaoui participe à divers expositions en Tunisie (B’chira Art Center, A. Gorgi, Le Violon Bleu, Selma Feriani), à l’étranger (Biennale 1 :54 et Shubbak Festival à Londres) ainsi qu’à de nombreux festivals d’arts contemporains (Jaou, Dream City, El Kasma). La galerie Talmart, à Paris, lui a consacré en avril 2015 sa première exposition personnelle, intitulée Abattoir.

Point.

La Boîte I Septembre 2016